Situation géographique

La commune d'Abergement-la-Ronce, délimitée au nord par la frontalière du département de la Côte-d'Or (Bourgogne) et au sud par le Bief Noir, fait partie du Pays Dolois, région naturelle du Nord-Ouest de la plaine jurassienne, et plus précisément de sa partie ouest dite le Finage.

Les villes les plus proches sont Damparis (4,5 km), Tavaux (6,4 km), et Dole, sous-préfecture du département (11 km).

Cours d'eau et forêts

La commune est traversée par le Canal du Rhône au Rhin ainsi que les ruisseaux Turlurot, Bief-Salé, Bief-Noir et La Blaine. Forêt et bois couvrent 91 ha de son territoire.

Géologie et relief

La superficie de la commune est de 712 hectares ; l'altitude varie entre 186 et 195 mètres.

Situé dans la plaine du Finage, la commune dispose de sols profonds et bruns favorables aux céréales (maïs, blé), au colza, à la betterave sucrière et aux cultures légumières.

Climat

Le climat est de type océanique avec un été tempéré.

Transports

La commune est accessible par les routes D220 (Saint-Aubin - Dole) et D220E (Abergement-la-Ronce - Saint-Symphorien-sur-Saône), ainsi que par l'EuroVelo 6 et le canal du Rhône au Rhin, qui la traversent. Les autres infrastructures de transport les plus proches sont l'échangeur de Dole-Choisey (A39, sortie no 6), à 13 km, la gare TGV de Dole-Ville, à 12 km, ainsi que l'aéroport de Dole-Jura, à 5,6 km.

Toponymie

Le toponyme Abergement-la-Ronce est composé du nom Abergement, issu de l'ancien français Albergement, évoquant un lieu d'accueil pour les voyageurs, auquel est adjointe la-Ronce, en référence aux broussailles épineuses qui jonchaient le terrain, avant que le village n'y soit construit. Selon la période et le scribe, le toponyme est aussi orthographié AlbergementLabergementL'Abergement de la Ronce,Abergement de la Ronce, ou Labergement-la-Ronce.

Logement

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 331, alors qu'il était de 283 en 1999.

Parmi ces logements, 91,3 % étaient des résidences principales, 0,6 % des résidences secondaires et 8,0 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 87,2 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 11,9 % des appartements.

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 82,3 %, en légère hausse sensible par rapport à 1999 (80,7 %). La part de logements HLM loués vides était de 2,6 % contre 0,0 %a 3.